Comment animer une rencontre de section en toute sécurité – COVID-19_Norme

Normes de Scouts Canada

Normes de Scouts Canada

Introduction

En période de pandémie, Scouts Canada doit continuer d’être un chef de file en matière de sécurité et de responsabilité sociale. Conformément à notre Politique sur la sécurité avant tout, notre priorité est d’adapter nos activités afin d’assurer la sécurité de nos membres et de réduire les risques de transmission de la maladie.

En situation de pandémie, la plupart des provinces exigent un Plan opérationnel en cas de pandémie. La présente Norme de modification des programmes et activités en cas de pandémie, ainsi que le formulaire de préparation et les listes de vérification connexes, sont conçus pour répondre aux exigences de la plupart des provinces.

Nos normes

  1. La présente norme s’applique à tous les services, fonctions, conseils, groupes, sections, employés, bénévoles et individus qui soutiennent les activités de Scouts Canada pendant une pandémie locale, nationale ou mondiale.
    1. Les trois principaux décideurs de Scouts Canada détermineront la portée et la durée de la présente norme.
    2. L’avis de mise en œuvre et la date d’entrée en vigueur de la présente norme doivent être donnés par le directeur général de Scouts Canada ou par une personne désignée par celui-ci à cet effet.
    3. Si les autorités fédérales, provinciales ou municipales adoptent des restrictions de santé et de sécurité supplémentaires ou plus restrictives, elles prévaudront sur celles décrites dans la présente norme.

 

  1. L’objectif est de mettre en œuvre et de communiquer des modifications pertinentes aux programmes de façon à réduire le risque de transmission de la maladie chez les jeunes scouts, les bénévoles, les parents et les autres individus qui organisent les activités de Scouts Canada ou y participent. Aucune de nos activités ne doit enfreindre une ordonnance de santé publique.

 

  1. Il est important d’adapter les programmes et les plans de toutes les activités scoutes réalisées en personne afin de réduire la propagation de la maladie.
    1. Aux fins de la présente norme, une « activité » est définie comme toute action ou réunion à laquelle participent des individus inscrits en tant que membres, ou qui ont le droit d’être membres de Scouts Canada, et qui constitue un rassemblement, peu importe la raison, à l’intérieur comme à l’extérieur, au Canada ou à l’étranger.
    2. Cela comprend, sans toutefois s’y limiter, toutes les réunions de section, de groupe, d’équipe et les autres réunions de toute nature organisées sous le nom de Scouts Canada. Cela comprend les réunions de programmation des sections, les réunions des conseils, les séances de formation, les événements, les camps d’une journée, les camps de plusieurs jours et les séances de planification.

 

  1. Il incombe à chaque conseil et chaque groupe de s’assurer que ses membres connaissent et respectent les restrictions de Scouts Canada et des autorités fédérales, provinciales et municipales en matière de santé et de sécurité.

 

  1. Les exigences suivantes sont obligatoires pour TOUTES les réunions et activités en personne des sections et des groupes scouts.
    1. Distanciation sociale :
      1. Tout rassemblement doit être limité à 50 personnes ou au nombre établi par la municipalité ou la province où l’événement, la réunion, le rassemblement ou l’activité a lieu, selon le nombre le plus bas.
        • Ce nombre inclut les parents et les autres personnes qui ne participent pas activement à l’activité, mais qui restent avec le groupe.
      2. Toutes les activités seront limitées à un maximum de deux petites équipes (patrouilles) de 8 jeunes ou moins par patrouille (pour un maximum de 16 jeunes par réunion).
        • Organisez des réunions virtuelles lorsque c’est possible et pertinent.
        • Limitez au minimum le nombre de personnes assistant aux activités en personne.
        • Limitez au minimum le nombre de familles différentes assistant aux activités en personne.
        • Une « patrouille » est un terme scout désignant une petite équipe, généralement composée de 6 à 8 jeunes. La méthode scoute se fonde sur le système de patrouilles. Il s’agit plus précisément des huttes (colonie : castors), des tanières (meute : louveteaux), des patrouilles (troupe : scouts) et des équipes d’expédition (compagnie : aventuriers).
      3. La règle des deux animateurs doit être appliquée en tout temps.
      4. Les scouts, les parents, les tuteurs et les jeunes ne doivent pas assister aux activités scoutes s’ils sont malades, même s’ils n’ont que des symptômes d’un léger rhume.
      5. On encourage fortement les personnes vulnérables ou à risque de ne pas participer aux activités en personne.
      6. Tout individu ayant reçu l’ordre de se mettre en quarantaine ou de s’isoler en vertu d’une ordonnance de santé publique municipale, provinciale ou fédérale se verra refuser l’accès aux activités scoutes en personne – et sa famille et ses proches se verront aussi refuser cet accès.
    2. Distanciation physique :
      1. Toutes les réunions et activités doivent être modifiées afin de maintenir une distance physique d’au moins deux mètres (ou six pieds) entre les individus.
      2. Limitez au minimum les contacts physiques, sauf en cas d’urgence, y compris toutes les salutations courantes, comme les poignées de main.
      3. Chaque article d’équipement doit être attribué à un seul individu. Le partage d’articles doit être réduit au minimum, sauf entre les membres d’un même ménage.
      4. Les procédures d’arrivée et de départ des jeunes doivent être modifiées pour assurer le respect de la présente norme.
    3. Alimentation :
      1. Éliminez ou minimisez la distribution de nourriture lors des réunions habituelles.
      2. Le partage d’aliments ou de boissons est interdit.
      3. Il faut respecter les directives fédérales, provinciales et municipales.
    4. Nettoyage et hygiène :
      1. L’animateur responsable doit veiller à ce que tous les équipements et les espaces soient nettoyés et désinfectés avant et après leur utilisation.
        • Il est fortement recommandé que chaque participant se voit attribuer du matériel réservé à son usage exclusif ou qu’il utilise du matériel désinfecté qui lui appartient.
      2. Tous les participants doivent passer en revue les pratiques d’hygiène applicables en cas de pandémie.
      3. Des stations de lavage des mains et du désinfectant pour les mains contenant au moins 60 % d’alcool doivent être mis à la disposition des participants.
      4. L’ordre du jour doit inclure des pauses fréquentes pour un nettoyage et une désinfection en profondeur.
      5. L’accès à des toilettes publiques doit être pris en compte dans la planification d’une activité.
    5. Dépistage :
      1. Tous les jeunes, les bénévoles et les membres de la famille qui participent aux activités doivent subir un test de dépistage des symptômes avant d’accéder à la zone d’activité.
      2. Les animateurs, les parents, les tuteurs et les jeunes ne doivent pas assister aux activités scoutes s’ils sont malades, même s’ils n’ont que des symptômes d’un léger rhume.
    6. Équipement de protection individuelle :
      1. Sauf si la réglementation locale l’oblige, les équipements de protection individuelle (ÉPI), comme les masques et les gants, ne sont pas obligatoires, sauf s’ils visent à se protéger contre les risques normalement rencontrés lors de l’exécution d’une tâche (par exemple, le nettoyage ou la manipulation de produits chimiques).
      2. Les réunions, événements et activités doivent être organisés de façon à éliminer autant que possible les situations où deux individus se trouvent à moins de deux mètres l’un de l’autre. Au-delà de cette distance, il n’est pas nécessaire de porter d’ÉPI.
    7. Gestion des risques et intervention d’urgence :
      1. Le Plan d’intervention d’urgence (PIU) et le Formulaire d’activité d’aventure (FAA) doivent être mis à jour pour refléter les exigences liées à la pandémie et les conditions locales.
    8. Administration et communication :
      1. L’animateur responsable doit s’assurer que tous les bénévoles, parents, jeunes et autres individus participant à l’activité sont raisonnablement informés des exigences et des risques associés à leur participation.
      2. Afin de pouvoir retracer les participants, il faut noter la présence de tous les individus assistant à l’activité, y compris les bénévoles, les jeunes, les parents et tout autre individu se trouvant sur les lieux. Le registre des présences doit être conservé pendant au moins six semaines après l’activité, afin de pouvoir facilement retracer les participants en cas d’éclosion d’un foyer.
    9. Camping :
      1. Les meutes, les troupes, les compagnies et les clans peuvent camper le jour et la nuit si les règlements locaux, municipaux et provinciaux le permettent. L’animateur responsable doit démontrer à la satisfaction du commissaire du groupe que toutes les exigences de la présente norme ont été respectées et qu’elles peuvent être appliquées tout au long de l’aventure proposée, y compris advenant une intervention d’urgence.
        • Le camping doit se faire sous une tente ou dans un abri; il est interdit de camper dans un bâtiment. Seules les activités extérieures sont permises.
        • Le partage d’une tente par deux ou trois jeunes est considéré comme un risque acceptable (aussi faible que possible), s’il est jumelé à d’autres contrôles, comme le dépistage et les mesures d’hygiène adéquates.
      2. Les colonies de scouts castors ne sont pas autorisées à camper.
      3. Pour les meutes de louveteaux, le camping de nuit ne doit être envisagé qu’à titre exceptionnel, après un examen rigoureux des contrôles des risques selon l’activité prévue. Pour le moment, nous encourageons les meutes à seulement camper pendant le jour.
    10. Approbations
      1. L’animateur responsable doit remplir le Formulaire de demande d’aventure et le Formulaire de préparation d’une aventure en période de pandémie (en cours d’élaboration). De plus, le Plan d’intervention d’urgence de chaque section doit être mis à jour et joint à la soumission. Cela inclut les activités de la Catégorie 1.
      2. Chacune des activités doit être approuvée par le commissaire du groupe.
      3. Le commissaire du groupe peut approuver un formulaire pour plusieurs activités réalisées au même endroit, s’il est convaincu que les facteurs de risque et les contrôles déployés n’ont pas changé depuis les discussions, la vérification et l’approbation initiales.
  1.  
  1. Si un jeune développe des symptômes pendant qu’il participe à une activité scoute, les mesures suivantes devront être prises :
    1. Séparez immédiatement le jeune du reste du groupe et placez-le dans une zone surveillée.
    2. Contactez les parents ou la personne qui s’occupe du jeune pour qu’il vienne le chercher dès que possible.
    3. Si possible, restez à deux mètres de distance du jeune. S’il est impossible de maintenir cette distance, portez un masque ou utilisez un mouchoir pour vous couvrir le nez et la bouche.
    4. Offrez au jeune des mouchoirs pour qu’il puisse se couvrir le visage s’il tousse ou éternue. Jetez les mouchoirs dès que possible et lavez-vous les mains.
    5. Évitez d’entrer en contact avec les fluides corporels du jeune (mucus, salive, etc.) En cas de contact, lavez-vous les mains sans tarder.
    6. Dès que les parents du jeune seront venus le chercher, lavez-vous les mains sans tarder.
    7. Les animateurs ou les personnes responsables de nettoyer les installations doivent nettoyer et désinfecter l’endroit où le jeune a été isolé et tous les espaces qu’il a utilisés (par exemple, la salle de classe, les toilettes, les zones communes).
    8. Contactez les autorités locales de santé publique pour les informer du cas potentiel et obtenir des informations complémentaires.
    9. L’animateur responsable ou le commissaire du groupe doit remplir et soumettre un formulaire de sécurité scoute (incident de sécurité) à l’équipe de la sécurité scoute en suivant la procédure de gestion des incidents.

Cycle d’examen et d’amélioration

  • La présente norme devra être réexaminée après trois mois pour le cycle d’examen initial.
  • Elle devra être réexaminée lorsqu’une pandémie potentielle est suspectée à l’échelle locale, nationale ou internationale.
  • Des examens ultérieurs devront être effectués tous les trois ans, ou plus fréquemment si des modifications réglementaires, nos RP&P ou l’identification de certaines lacunes l’exigent.

Politiques et normes connexes

  • Politique sur la sécurité avant tout
  • Normes d’aventure
  • Normes de communication
  • Normes de programmation

Procédures connexes

Ressources

Date d’entrée en vigueur

  • 1erseptembre 2020

Print Friendly, PDF & Email